Mortalité routière

Les données viennent de http://www.securite-routiere.org/Fiches/statistiques/statmensuelles.htm, signalées dans le livre de Yves Aragon "Séries temporelles avec R - Méthodes et cas". L'une des motivations est par exemple d'être capable de discuter un article tel que "La mortalité a baissé de 22% sur les routes en avril".. Pour plus de détails, on pourra lire "La prise en compte de variables explicatives dans les modèles de séries temporelles : application à la demande de transport et au risque routier".

On constate:

Le nombre de morts diminue régulièrement.

Il y a eu un choc inconstestable avec l'arrivée de N. Sarkozy au ministère de l'Interieur dès le début 2003. Par ailleurs, la diminution du nombre de morts continue à être plus rapide qu'avant.

Le nombre de week-end dans le mois est significatif, le fait que les week-end de la Pentecôte et de Pâques soient dans le mois aussi, mais ce n'est pas le cas pour l'Ascension (peut-être parce qu'il faut pouvoir prendre le vendredi pour partir en week-end à l'Ascension).

Le froid diminue la mortalité, sans doute parce que les conduteurs sont alors plus prudents. En revanche, les fortes chaleurs ne semblent pas avoir d'effet sur la mortalité routière.

Intérêt pédagogique

Les données d'accident et météorologiques sont données, mais les données de calendrier sont à construire: il faut construire le nombre de week-end par mois, rechercher les dates des fêtes mobiles catholiques (les othodoxes étant plus simples à calculer, mais beaucoup moins pertinentes en France). C'est une situation assez courante dans la vie professionnelle.

On peut d'ailleurs donner plus d'importance à la phase de construction des données, en partant des températures brutes. Il faut alors proposer des seuils pour le froid et le chaud : de bons seuils sont 0 et 25°C.

On utilise un modèle ARMAX, ce qui n'est pas habituel.

Les données

Les températures brutes

Retour projets